En résumé :

Le projet éolien des Brandes de l’Ozon est porté par les sociétés VALECO et JP Energie Environnement. À l’étude depuis fin 2016 sur les communes de Monthoiron, Senillé-Saint-Sauveur et Chenevelles, vous trouverez sur ce site des informations relatives au projet : avancée des études, calendrier… Mais également des informations sur l’éolien en général. 

Actualités 

  • 18/01/2019 : le bilan de la concertation préalable est disponible

Le bilan de la concertation préalable qui s’est déroulée du 1er au 15 novembre 2018 est disponible ici.

  • 21/12/2018 : dépôt du Dossier de Demande d’Autorisation Environnementale

Les dossiers des projets éoliens des Brandes de l’Ozon Nord & Sud ont été déposés en Préfecture. La phase d’instruction par les services de l’état débute.

  • 17/11/2018 : annonce des objectifs figurant dans la Programation Pluriannuelle de l’Energie (PPE)

Le Gouvernement a annoncé les objectifs pour l’énergie éolienne figurant dans le projet de PPE 2019-2028 et confirme la volonté de développer les énergies renouvelables dont l’éolien. Les objectifs fixés pour l’éolien terrestre sont de 24,6 GW en 2023 puis 34,1 à 35,6 GW à l’horizon 2028. Au 30/09/2018, la puissance installée s’élevait à 14,3 GW.

Le dossier de presse du Ministère de la Transition Écologique et Solidaire est téléchargeable ici.

Les porteurs du projet

Le Groupe VALECO est une société familiale française spécialisée dans le développement, le financement, la réalisation, l’exploitation et la maintenance de centrales de production d’énergies renouvelables, en France et à l’international.

Voir le site internet

Filiale du groupe Nass, JPee est un producteur indépendant français d’énergies renouvelables. Depuis 2004, nous développons, finançons, construisons et exploitons des parcs éoliens et des centrales photovoltaïques

Téléchargez la brochure

3 communes, 2 projets, 1 parc éolien.

Alors que la commune de Monthoiron avait donné son accord pour l’étude d’un projet éolien sur le territoire de sa commune à la société Valeco en 2015, la commune nouvelle de Senillé-Saint-Sauveur a retenu JPee en 2016. Chenevelles a quant à elle délibéré en faveur du projet de Valeco en 2017. Etant donné la proximité des zones d’étude, les porteurs de projet ont décidé, en accord avec la volonté des communes, de s’associer afin de concevoir un projet global cohérent avec le territoire.

Présentation du projet

Genèse du projet

Le projet se situe au sein d’une zone favorable du Schéma Régional Éolien. Ce dernier, même s’il a été annulé pour vice de forme, est toujours valable sur le fond. Il présente les secteurs favorables au développement éolien au niveau régional. Le projet a été présenté par les porteurs de projet aux communes d’implantation entre 2015 et 2017. Les accords des propriétaires fonciers et exploitants agricoles ont été obtenus à la suite de l’accord des communes pour la poursuite des études de faisabilité.

Une particularité de ce projet est d’être développé par deux sociétés : le développement est concerté entre JPee, VALECO ainsi que le territoire. En effet, même s’ils sont administrativement distincts, les deux projets ne font qu’un et c’est un projet global qui sera étudié dans l’étude d’impact.

Les développeurs ont fait le choix d’établir un plan de concertation et de communication autour du projet, via des comités de suivi avec les élus des 3 communes, des lettres d’informations (décembre 2017, juin 2018), deux ateliers riverains (octobre 2018).

Quels sont les objectifs  ?

Ce projet participe à répondre à des objectifs européens et nationaux. En 2007, la loi Grenelle fixait un objectif de 23% de la consommation d’énergie provenant des énergies renouvelables d’ici 2020. En 2008, le « Paquet Climat-Energie » de l’Union Européenne fixait l’objectif du  « 3 x 20 » pour la politique énergétique de chaque Etat européen : faire passer la part des énergies renouvelables à 20% dans le mix énergétique européen, réduire les émissions de CO2 des pays de l’Union de 20% et accroître l’efficacité énergétique de 20% d’ici à 2020. En 2015, la loi sur la Transition Energétique pour la Croissance Verte (LTECV) a fixé entre-autre un objectif de 32% d’énergies renouvelable dans la consommation finale d’énergie en 2030, avec un taux d’électricité renouvelable de 40%. La programmation pluriannuelle de l’énergie (PPE) prévoit également que l’énergie éolienne devienne une des principale sources d’électricité renouvelable en France.

Plus localement, ce projet s’inscrit également dans le Plan Climat Air Energie Territorial (PCAET) développé par l’Agglomération du Grand Châtellerault et contribuera de manière très significative à l’atteinte des objectifs fixés par ce plan.

Enfin, ce projet va également permettre de développer et dynamiser le territoire par le biais des retombées économiques locales générées par un projet éolien.

Où se trouvera le projet ?

Le projet éolien sera situé sur les communes de Senillé-Saint-Sauveur, Monthoiron et Chenevelles. Des études environnementales, paysagère, acoustiques ont été menées afin de pouvoir définir le projet le mieux adapté. L’installation d’un mât de mesure en octobre 2017 a permis de pouvoir caractériser finement le gisement de vent. 

L’implantation finale a été déterminée de manière à trouver le meilleur compromis entre toutes les contraintes identifiée, elle est présentée sur la carte ci-dessous :

Les éoliennes de la société JP Energie Environnement sont situées sur la commune de Senillé-Saint-Sauveur tandis que celles de la société Valeco se trouvent sur Monthoiron et Chenevelles. Afin de les différencier administrativement, le projet développé par JP Energie Environnement portera le nom de « Parc Eolien des Brandes de l’Ozon Nord » et le projet développée par le Groupe VALECO se nommera « Parc Eolien des Brandes de l’Ozon Sud ».

Les grandes étapes

Les deux dossiers des Brandes de l’Ozon Nord & Sud ont été déposés simultanément en Préfecture le 21 décembre 2018. Nous sommes actuellement en phase d’instruction pour les deux projets, le but étant d’avoir une instruction commune. 

Un projet éolien, en France, met entre 6 et 8 ans pour sortir de terre. Les différentes phases du planning prévisionnel sont détaillées ci-dessous.

Prospection, sécurisation (2016 – 2017)

Délibération des conseil municipaux, accords des propriétaires et exploitants, levée de servitudes (armée, DGAC…).

  • Etat d’avancement de la prospection 100%

Développement (2017 – fin 2018)

Etude d’impact (paysage, écologie, acoustique, …) ; rédaction du Dossier de Demande d’Autorisation Environnementale Unique (DDAEU) ; étude du gisement de vent. Processus de concertation préalable.

  • Etat d’avancement du développement 100%

Instruction du Dossier de Demande d’Autorisation Environnementale (2018 – fin 2019)

Instruction par les services de l’Etat, demande de compléments si nécessaire, recevabilité du dossier puis  enquête publique et obtention de l’autorisation d’exploiter.

L’instruction est en cours depuis le dépôt du dossier le 21/12/2018. Il est envisagé un délai d’instruction d’une année, jusqu’à fin 2019.

Préconstruction

Etude du raccordement, accords fonciers définitifs, contrat de vente d’électricité.

Préconstruction envisagée début 2020

Financement

Montage du financement (apport de fonds propres, emprunts bancaires)

Montage du financement prévu mi 2020

Construction et mise en service

Réalisation des accès, plateformes et réseau électrique inter-éolien, acheminement des éléments d’éolienne sur site, montage des machines, raccordement au réseau de distribution d’électricité.

Début de la construction envisagée début 2021

Exploitation

Maintenance préventive & curative.

Début de la production d’énergie à partir de fin 2021

Démantèlement ou repowering

1) arrêt du projet : démantèlement des éoliennes par l’exploitant du parc éolien et remise en état du site tel qu’avant le projet.

2) « Repowering » : nouvelle phase de développement d’un projet en vue d’installer des éoliennes plus performantes et continuer de produire de l’énergie électrique à partir de l’énergie cinétique du vent.

Durée d’exploitation estimée de 25 à 30 ans

La concertation

Un plan de communication et de concertation a été mis en place dès le début de l’étude du projet, en 2017, dans un but de transparence vis-à-vis du territoire et afin d’aller plus loin que ce que demande la réglementation. Pour rappel, la réglementation ne prévoit en matière de communication et concertation que l’enquête publique à l’issue de la phase d’instruction des dossier. Nous sommes accompagné dans cette démarche par le cabinet spécialisé en concertation : l’agence TACT.

Les initiatives mises en place

  • Mise en place d’un comité de suivi avec les élus des communes d’implantation, se réunissant à intervalles réguliers pour présenter l’avancement du projet;
  • Présentation du projet en bureau communautaire à l’agglomération du Grand Châtellerault;
  • Encarts dans les bulletins municipaux;
  • Distribution de 3 lettres d’information en décembre 2017, juin 2018 et décembre 2018;
  • Article de presse dans la Nouvelle République;
  • Conseil municipal extraordinaire avec les élus des 3 communes (cf. photo ci-contre);
  • Porte à porte avec les riverains de l’aire d’étude;
  • Organisation d’ateliers riverain en octobre puis novembre 2018
  • Processus de concertation préalable volontaire

Les 3 lettres d’informations sont consultables ci-dessous :

 

Les comptes rendu des ateliers riverains sont téléchargeables ci-dessous. Ces derniers ont été proposés à relecture et correction à l’ensemble des participants.

La concertation préalable

En application du décret n°2017-626 du 25 avril 2017 relatif aux procédures destinées à assurer l’information et la participation du public à l’élaboration de certaines décisions susceptibles d’avoir une incidence sur l’environnement et modifiant diverses dispositions relatives à l’évaluation environnementale de certains projets, plans et programmes, une procédure de concertation préalable facultative est créée pour les projets assujettis à évaluation environnementale et ne donnant pas lieu à saisine de la Commission Nationale du Débat Public (CNDP).

L’avis de concertation préalable, affiché en mairie, est téléchargeable ici.

Nous vous invitons à prendre connaissance du dossier afin d’apporter vos observations sur le projet dans la section « à l’écoute de votre avis ». 

Le dossier contient les éléments suivant :

  • Description des porteurs de projet;
  • Présentation du projet éolien des Brandes de l’Ozon;
  • Description de l’intégration du projet dans son environnement;
  • Calendrier du projet;
  • Description des actions de concertation réalisées;
  • Informations sur l’éolien en général.

La durée du processus de concertation préalable sera de deux semaines. À l’issue de ce processus, JPee et Valeco réaliseront un bilan de la concertation préalable qui sera publié sur ce site. Le bilan de la concertation comportera :

  • Un résumé de la façon dont s’est déroulée la concertation préalable,
  • La synthèse des observations et propositions présentées et dans quelle mesure les deux maître d’ouvrage les prend ou non en compte dans le projet.

Ce processus s’est déroulé du 1er au 15 novembre 2018. Le dossier de concertation préalable ainsi que le bilan de la concertation sont disponibles ci-dessous.

L’énergie éolienne

 

Le principe d’une éolienne est de transformer l’énergie cinétique du vent en énergie électrique, facilement utilisable pour nos besoins.

Les composants d’une éolienne :

©ADEME

L’énergie mécanique du vent entrainte, via les pales de l’éolienne, la rotation du « rotor ». Ce dernier est relié dans la majorité des cas à un multiplicateur et une génératrice. Tous ces composants sont situés dans la nacelle, au sommet du mât. Cette nacelle est équipée de moteurs lui permettant de s’orienter face au vent afin de pouvoir constamment capter le maximum d’énergie venant du vent. La direction et la vitesse du vent sont mesurés en direct par une girouette et un anémomètre situés sur le toit de la nacelle. L’énergie électrique produite est acheminée à la base du mât à une armoire de couplage au réseau électrique.

Pour aller plus loin, vous pouvez télécharger le document comprendre l’éolien mis à disposition par France Energie Eolienne (FEE).

Les éoliennes sont aujourd’hui en constante évolution, de plus en plus performantes, silencieuses et puissantes. L’apparition de turbines de plus de 4MW pour le terrestre permet d’augmenter l’énergie produite sans multiplier le nombre d’éoliennes. Ces éoliennes sont plus hautes et possèdent un diamètre de rotor plus important pour doubler voire tripler la production. Par exemple : prenons un site ordinaire où le vent souffle à 6m/s à 80m de hauteur. Une éolienne de 2MW avec un rotor de 80m et une hauteur de nacelle de 80m (donc une hauteur totale de 120m) produira environ 1700 heures dans l’année, ce qui est trop peu et pas rentable. Sur ce même site, une éolienne avec une nacelle à 125m et un rotor de 150m captera un vent plus élevé (car la nacelle est plus haute), environ 6,8m/s et aura une puissance unitaire de 4,5MW. Cette éolienne pourra produire 3000h. Ainsi, dans le premier cas la production annuelle est de 3400MWh tandis que dans le second cas la production annuelle est de 13500MWh, presque 4 fois plus ! Il s’agit là d’une meilleure optimisation de l’espace et du territoire.

Avec le développement de l’éolien en mer, les éoliennes en mer posées dépassent désormais les 8MW et les solutions flottantes les 2MW.

Les atouts de l’énergie éolienne (Source : FEE)

En matière d’électricité, les énergies renouvelables représentent une chance de limiter notre impact sur l’environnement. Sur terre ou en mer l’énergie éolienne est un allié naturel. L’éolien n’émet pas de gaz à effet de serre et ne rejette pas de déchets toxiques. La France dispose du second gisement le plus important d’Europe en terme de vent, c’est donc une évidence de développer cette énergie sur le territoire. Une éolienne est exploitée 20 à 30 ans : une seule de ces années permet de rembourser le coût énergétique nécessité pour la production, l’acheminement et le montage de l’éolienne. À l’issue de la période d’exploitation, l’éolienne est démantelée, ses composants valorisés et le site remis en état ou bien une nouvelle éolienne, plus performante, sera installée.

Outre la production d’une énergie électrique propre et renouvelable, l’éolien est également un atout pour les territoires d’implantation. En effet, telle une entreprise qui s’implante sur un territoire, celle-ci génère des retombées économiques locales profitant à l’intérêt général.

L’éolien en chiffres

%

d'énergies renouvelables dans la production électrique française en 2030

%

de production d'origine éolienne dans le mix électrique français en 2030

MégaWatts éoliens installés en France au 30 septembre 2018

Emplois créés par l'énergie éolienne

*Objectifs fixés dans la Loi de Transition Énergétique pour la Croissante Verte (LTECV)

Source : RTE

Source : Observatoire des Statistiques 

Quelle est la perception de l’éolien parmi les Français ? 

Selon un sondage réalisé en septembre 2018 par France Energie Éolienne en partenariat avec Harris Interactive, 3 Français sur 4 (73%) ont « une bonne image » de l’éolien. Ce chiffre grimpe même de 7 points (80%) auprès des Français vivant à proximité d’une éolienne. Ce sondage met également en exergue que l’opposition généré par un projet éolien s’amenuise avec l’expérience, puisque 1 riverain sur 2 a changé d’avis et est désormais favorable à l’implantation d’éoliennes.

%

des Français ont une bonne image de l'éolien.

%

des Français vivant à proximité d'une éolienne ont une bonne image de l'éolien.

Sondage « Grand Public » réalisé en ligne du 25 au 27 septembre 2018 auprès d’un échantillon de 1091 personnes représentatif des Français âgés de 18 ans et plus selon la méthode des quotas.
Enquête « Riverains » réalisée par téléphone du 24 septembre au 2 octobre 2018, auprès d’un échantillon de 1001 personnes représentatif des Français habitant à proximité d’une éolienne (moins de 5km), selon la méthode des quotas.

Pour aller plus loin…

 

Télécharger ici la brochure éditée par l’ADEME (Agence de l’Environnement et de la Maîtrise de l’Energie) intitulée « l’éolien en 10 questions » – Mai 2018

Télécharger ici la brochure « Un vent de transition : 11 infographie pour comprendre l’énergie éolienne » édité par FEE (France Energie Eolienne) – Février 2018

Télécharger ici le document « Observatoire de l’Eolien », Analyse du marché, des emplois et du futur de l’éolien en France – Octobre 2018

 

Visiter le site de France Energie Éolienne (FEE) : www.fee.asso.fr 
Visiter le site du Syndicat des Energies Renouvelables (SER) : www.enr.fr
Visiter le site de l’Agence de l’Environnement et de la Maîtrise de l’Energie (ADEME) : www.ademe.fr

Vu sur le site de la FEE : désintox sur l’éolien et comprendre l’éolien.